Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mercredi 22 Octobre 2014 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesHommes IllustresArticle
Angela Yvonne Davis
06/09/2005
 

Venue des bas-fonds du « Deep South », une nouvelle lueur illumine le Monde le 26 janvier 1944 : Angela Yvonne Davis. Elle deviendra flamme, embrasera une population entière, portant le combat sur tous les fronts, n’ayant qu’un seul but : Justice et Egalité pour tous, Liberté pour son peuple
 
Par Capucine Légelle
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Prémices…
Angela Davis et sa mère  
Angela Davis et sa mère
 

Angela voit le jour à Birmingham en Alabama. Elle est confrontée dès son plus jeune âge au racisme et à l’oppression au sein de son quartier au surnom révélateur de « Dynamite Hill ». La ségrégation raciale est toujours en vigueur, c’est une période de troubles politiques majeurs. Ses parents, tous deux enseignants et activistes communistes, l’élèvent dans l’idée philosophique et politique de la contestation et la résistance. Elle participe déjà à 12 ans au boycott d’une compagnie de bus pratiquant la ségrégation.

En 1958, à 14 ans, Angela obtient une bourse pour étudier à New York à l’« Elizabeth Irwin High School » qui dispose d’un programme aidant des élèves noirs du Sud à poursuivre leur scolarité. Ce lycée privé est surnommé « Little Red School House » en raison de son attachement ostentatoire aux mouvements politiques de gauche. Angela y fréquente les enfants de leaders communistes, dont Bettina Aptheker qui écrira en 1975 un livre sur elle. Elle est recrutée par le « Youth Communist Group » (Jeunesses Communistes).

A l'âge de 26 ans, Angela Davis devient la troisième femme de l'histoire placée par le FBI sur la liste des dix fugitifs les plus recherchés des Etats-Unis


 Publicité 
 
Couverture de l'autobiographie d'Angela Davis  
Couverture de l'autobiographie d'Angela Davis
 

Son baccalauréat en poche, Angela part étudier en 1961 à l’université de Brandeis, dans le Massachusetts où elle rencontre le philosophe Herbert Marcuse (1) qui deviendra son mentor. Elle part étudier en France de 1963 à 1964. Elle est à Biarritz quand lui parvient l’annonce d’une attaque à la bombe contre l’église de sa ville natale : quatre enfants qu’elle connaît personnellement sont tués (des camarades de classe de la petite Condoleeza Rice marquée à jamais par ce drame). Angela est cruellement touchée par cet attentat, symptôme d’un racisme enraciné dans le sud des Etats-Unis, où une vie noire ne vaut rien.

Angela étudie ensuite à Paris à la Sorbonne, et enfin en Allemagne à l’université Goethe où elle suit les cours de Theodore Adorno (2).Ces différents séjours d’étude à l’étranger lui ont permis d’une part de découvrir le militantisme en France aux côtés des algériens et en Allemagne auprès des jeunesses socialistes, et d’autre part d’approfondir ses connaissances de la tradition philosophique du marxisme.
Forte de ces expériences, Angela décide de rentrer aux Etats-Unis afin de mettre ses théories en pratique, et combattre pour son propre peuple, le peuple noir.

…Activisme radical et notoriété
Angela Davis au tribunal  
Angela Davis au tribunal
© http://arushdy.web.wesleyan.edu
 

En 1968, après avoir obtenu son doctorat, Angela Davis est devenue enseignante à l’université de San Diego. Elle commence à militer au sein du parti communiste et des Black Panthers (3) ; elle s’investit totalement dans la vie de la communauté noire en proie aux rafles incessantes de la police raciste (3).
Dans un Etat où lynchages et exécutions sommaires sont devenus banals, s’engager dans la défense des droits civiques implique de risquer sa vie quotidiennement et de s’attirer les foudres du gouvernement, qui surveille désormais Angela de très près. Elle est témoin de l’assassinat de trois de ses amis sur le campus, et peu de temps après, elle est dénoncée comme communiste par un de ses étudiants. Elle est renvoyée par la direction de l’université, exhortée par Ronald Reagan alors gouverneur.

Dans ce contexte survint l’événement qui marquera à jamais l’existence d’Angela Davis : le 7 août 1970, une prise d’otages est organisée pour tenter de faire évader George Jackson, un membre des Black Panthers condamné à vie à l’âge de dix-huit ans pour avoir volé 70$. Quatre personnes trouveront la mort ce jour là, et trois autres seront grièvement blessées.

Angela Davis sur la FBI « Most wanted list »  
Angela Davis sur la FBI « Most wanted list »
© http://www.trashfiction.co.uk
 

Etant membre du comité de soutien de George Jackson, Angela est accusée par le FBI d’avoir fourni les armes nécessaires à cette opération : elle devient la troisième femme de l’Histoire à être inscrite sur la liste des personnes les plus recherchées par le FBI, la fameuse « Most Wanted List ». Angela Davis passe deux mois à fuir et se cacher, sa notoriété se forge et s’accroît durant cette période comme l’atteste sur de nombreuses maisons une pancarte : « Angela notre sœur, tu es la bienvenue dans cette maison ».
La panthère noire est finalement arrêtée le 13 octobre, accusée de meurtre et de kidnapping. Elle est placée en détention provisoire ; elle restera seize mois au « Women’s Detention Center » de New York. L’opinion publique internationale se mobilise pour la soutenir : entre autres John Lennon et Yoko Ono enregistrent la chanson « Angela », les Rolling Stones écrivent pour elle « Sweet Black Angel », Jacques Prévert lui dédie un poème (4) et 100 000 personnes manifestent à Paris pour obtenir sa libération, Louis Aragon et Jean-Paul Sartre à leur tête. Angela est finalement libérée sous caution.

Elle attendra le 4 juin 1972 pour être acquittée de toutes les charges qui pèsent contre elle par un jury entièrement blanc, au cours d’un procès ultra médiatisé qui mettra à jour la machination fomentée par le FBI.

Une légende est née.

…Une détermination toujours intacte.
 
 

Aujourd’hui à 61 ans, Angela Davis est toujours non pas une réformatrice, car des réformes ne suffiraient pas selon elle à améliorer le Monde, mais une vraie révolutionnaire.
Son principal combat est la lutte pour l’abolition de la peine de mort aux Etats-Unis (5), et contre le système carcéro-industriel. En effet dans ce pays l’industrie pénitentiaire est une source intarissable de profit pour le gouvernement et les sociétés privées qui la gèrent.
Elle n’est malheureusement plus aussi populaire que dans les années 70 parce que les mass médias l’ont oubliée et que la communauté noire, son principal soutien, lui tient rigueur de son opposition à la « Million Man March » organisée par Louis Farrakhan (Nation of Islam) en 1995 (6).

En effet, féministe dans l’âme, Angela ne pouvait que s’opposer à un mouvement qui refusait aux femmes le droit de manifester. Son geste a été récupéré et déformé par Farrakhan qui a profité de l’occasion pour répandre l’idée selon laquelle l’homosexualité de l’ex-Black Panther serait à l’origine de cette contestation. Angela Davis s’est effectivement engagée dans la lutte pour les droits des gays, comme elle l’a fait pour toutes les minorités. Elle n’a jamais réellement démenti ni confirmé le fait d’être lesbienne.

Libertad para Angela Davis, oeuvre pop-art de l'artiste cubain Felix Bèltran, 1971  
Libertad para Angela Davis, oeuvre pop-art de l'artiste cubain Felix Bèltran, 1971
 

Mais peu lui importent ses nombreux détracteurs, Angela est et restera une guerrière infatigable, constamment en action contre l’injustice, comme le démontre sa présence à de nombreux événements autour du Monde : manifestation contre la guerre en Irak, soutien à Mumia Abu Jamal (5), forum social européen, la liste est longue…

Sa vie entière a été dévouée à sa cause, à notre cause. Elle continue également à répandre son message au travers de ses livres et des cours de « consciousness » (éveil de la conscience) qu’elle dispense à l’université de Santa Cruz en Californie.

Son credo : au lieu d’inculquer des connaissances pré fabriquées, il faut encourager le développement de l’esprit critique :

« D’une conscience authentique de l’oppression naît la nécessité, clairement perçue par un peuple, d’abolir l’oppression. L’esclave qui tend à cette perception claire découvre vraiment le sens de la liberté. Il sait ce que signifie la disparition du rapport de maître à esclave. » Angela Davis parle, Editions sociales, Paris, 1971

Le docteur Davis a lutté toute sa vie et continue de lutter contre toute forme de discrimination. Son vœu le plus cher est de réussir à faire partager son combat au grand public afin que nous vivions dans un monde plus juste. Angela Davis nous appelle tous à être conscients de notre propre pouvoir, et à prendre notre destin en mains.

Vous pouvez écrire à Angela Davis chez son éditeur :
Seven Stories Press,
140, Watts Street,
New York,
NY 10013.

Angela Davis a écrit :

1971 : If they come in the morning : Voices of resistances (S’ils frappent à l’aube…)
1972 : Frame Up : The opening defense statement made (Les bases de la défense : le coup monté)
1974 : Angela Davis : an autobiography (Autobiographie)
1981 : Women, race and class (Femmes, race et classe)
1985 : Violence against women and the ongoing challenge of racism (Les violences contre les femmes et le perpétuel défi du racisme)
1989 : Women, culture and politics (Femmes, culture et politique)
1999 : Blues legacies and black feminism : Gertrude “Ma” Ray, Bessie Smith and Billie Holiday (Le message féministe dans le blues)
1999 : The Angela Y. Davis Reader (Philosophie d’Angela Davis)
2003 : Are prisons obsolete? (Les prisons sont elles obsolètes?)

Angela Davis les a inspirés :

1972 : Regina Nadelson : Who is Angela Davis? The biography of a revolutionary
1972 : Charles Ashman : The people vs Angela Davis
1973 : Reginald Major : Justice in the round : the trial of Angela Davis
1975 : Bettina Aptheker : The morning breaks
1975 : Mary Timothy (membre du jury : The story of the trial of Angela Y. Davis

Liens :

1 biographie du philosophe Herbert Marcuse, qui a énormément influencé Angela Davis : www.marcuse.org ou www.chez.com/patder/marcuse.htm
2 documentaire d’archive concernant le philosophe Theodore Adorno et l’école de Francfort : www.arte-tv.com/dossier/archive.jsp?node=336417〈=fr
3 Les lynchages de noirs aux Etats-Unis et le parti des Black Panthers : les articles de la rubrique Histoire de Grioo.com.
4 poème de Jacques Prévert réclamant la libération d’Angela Davis : www.cosimapp-mumia.org/others/histoirenoir/angela.htm.
5 discours d’Angela Davis lors de la cérémonie accordant la citoyenneté d’honneur de la ville de Paris à Mumia Abu Jamal : mumia.org/angela_paris2.htm www.cosimapp- mumia.org/angela_paris2.htm
6 la place de la femme dans la nation : [a2 http://www.wluml.org/french/pubsfulltxt.shtml?cmd[154]=i-154-46b26a14d44cdf4e85a359e417304dde&cmd[190]=i-190-46b26a14d44cdf4e85a359e417304dde analyse du discours de la « Nation of Islam »]
Yannick Noah a rendu hommage à Angela Davis avec sa chanson "Angela" : http://www.youtube.com/watch?v=xAat-qOlozU

Futile ?…

mariée en 1980 au photographe Hilton Braithwaide, divorcée.
signe astrologique zodiacal : Verseau
signe astrologique chinois : Singe
coiffures : véritable icône dans les années 70, c’est elle qui est à l’origine de l’engouement de la communauté noire pour la coupe afro, devenue symbole identitaire. Elle porte aujourd’hui des dreadlocks.
beauté : NA-TU-RELLE !

Vidéo (en français) : Angela Davis évoque son autobiographie, son combat pour les Noirs Américains et son parcours (octobre 1975)




Clip : ''Angela'' de Yannick Noah (hommage à Angela Davis)



Vidéo (en anglais) : émission ''Inside USA'' consacrée à Angela Davis, 3 octobre 2008



Vidéo : reportage (en anglais) sur George Jackson, les black panthers et la lutte pour les droits civiques



Photos de Angela Davis émises par le FBI à l'époque où elle figurait sur la liste des 10 fugitifs les plus recherchés des Etats-Unis





       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Le documentaire “The Black Power Mix Tape, 1967-1975” bientôt diffusé à la télé américaine
  Tommie Smith et John Carlos, ces athlètes qui ont levé le poing
  Stokely Carmichael (1941-1998), un leader du Black Power 
  La lutte des noirs pour les droits civiques aux Etats-Unis
  La naissance des "Black Panthers" (1ère partie)
 
Mots-clés
angela davis   droits civiques   racisme   ségrégation   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 19 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
  ___Qui est à plaindre la victime ou l'assasin?? mardi-gras descendres Au pays des larmes___ici est mort le seigneur loué soit le seigneur. Croire que Dieu est le Maître et le Seigneur de toute chose - Loué soit Dieu, Maître de l'univers! ... La haine!
  __Mensonge pour vérité, Incompétence pour erreur de la nature, Irresponsabilité pour accident.. Symptôme et creuset de la région des grand lacs ». La problématique FIN des partis politiques après la mort ou la retraite des président-fondateurs
  ___Tableau de bord d'une douce croisière Républica Centra-Africaine après le M23 (rdc) et les FDLR (rwandais) voici venir :"SELEKA" (coalition, en sango, la langue usuelle en République centrafricaine) Centrafrique: pour qui roule la Seleka?
  ___Médiation Nguesso - Centrafrique: de réelles chances d'un accord aux pourparlers de Libreville. Merci Sassou, le pompier pyromane..«un risque difficile à détecter - « Les Congolais ont la fortune à portée de main et pourtant, ils restent pauvres
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Marc Kamgaing, gérant de fonds chez RMA Capital
 Décès de Christophe de Margerie, PDG de Total
 Ebola : le Nigeria s'est débarrassé de l'épidémie selon l'OMS
 RDC : le rapport Likofi provoque l'expulsion d'un diplomate de l'ONU
 Nigeria : des notables sceptiques sur le cessez-le-feu avec Boko Haram
 Ebola : le Canada envoie son vaccin expérimental à Genève
 Les avocats de l'affaire Habré déplorent le manque de coopération tchadienne
 Procès Pistorius : une peine de10 ans de prison requise
 Sommet Etats-Unis Afrique : 33 milliards de dollars de promesses d’investissement
 Sénégal : le procès de Karim Wade a débuté ce jeudi
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Coupe Du Monde 2014      Diaspora Africaine      Diversité      Forum Mondial Des Femmes Francophones      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version