Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Jeudi 22 Novembre 2018 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email








AccueilRubriquesInterviewsArticle
Jacques Bonjawo : "je suis allé en Inde pour valider le modèle indien, pour mieux regarder l'Afrique"
07/06/2006
 

De retour d'Inde où il séjournait, Jacques Bonjawo a répondu à nos questions sur le modèle indien, ses points forts et sa reproductibilité en Afrique,
 
Par Paul Yange
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Jacques Bonjawo à l'IIT de New-Delhi  
Jacques Bonjawo à l'IIT de New-Delhi
 

Vous séjourniez récemment en Inde. Qu'est ce qui vous a conduit dans ce pays qui est désigné avec la Chine comme une des futures puissances du monde de demain ?

La curiosité scientifique, la curiosité intellectuelle, mais aussi la curiosité tout court. Le désir de comprendre davantage ce qui a fait de ce pays pratiquement sans ressources naturelles une superpuissance technologique en l’espace de deux décennies. Quelqu'un a dit un jour: « lire, lire, lire ne vaut rien, il faut aller voir ». Cela veut dire que l'intellect pur ne mène pas à grand chose. Voir le monde est une école autrement plus formatrice, même s’il est vrai que cela est un défi à l'heure du cocooning.

Plus que jamais, la science et la technologie constituent aujourd’hui un véritable moteur de développement, voire de développement durable. Je suis allé en Inde pour valider le modèle indien, pour mieux regarder l’Afrique. Au-delà des clichés souvent simplistes sur la pauvreté en Inde, ce pays est entrain de se transformer radicalement. Certes, on y trouve encore beaucoup de pauvreté mais les progrès réalisés ces dernières années sont considérables. A quand l’Afrique ? Pour reprendre l’expression du Pr. Joseph Ki-Zerbo.

Il faut réformer nos systèmes éducatifs qui ont longtemps encouragé et favorisé le culte du diplôme
Jacques Bonjawo


Vous avez eu l'occasion de visiter les fameux IIT (Indian Institute of Technology), des établissements universitaires indiens qui ont la réputation de former d'excellents ingénieurs. Quels sont les points qui selon vous font leur force ?

Plusieurs. D’abord, ce sont des établissements extrêmement compétitifs. Beaucoup d’indiens rêvent d’y entrer mais leurs chances sont pratiquement nulles lorsqu’on regarde les statistiques. Sur plus d’un million de candidats qui se présentent chaque année, on n’en retient qu’environ 9000 ! Et les critères de sélection sont très rigoureux, au point que, nombre de postulants qui sont recalés intègrent aisément des établissements américains comme MIT, Cornell, ou encore Cambridge et Oxford en Grande Bretagne.

 Publicité 
 
Jacques Bonjawo et Anshumali Bushan, dirigeant d'une SSII  
Jacques Bonjawo et Anshumali Bushan, dirigeant d'une SSII
 

Les IIT délivrent à leurs étudiants une culture scientifique et technique de très haut niveau, doublée d’une culture de l'entrepreneuriat. Chacun y rêve de devenir Bill Gates ou Steve Jobs. Il se trouve que la plupart d’entrepreneurs indiens qui ont brillamment réussi dans la high tech, notamment aux Etats-Unis, sont issus de ces institutions. J’ai eu la chance de rencontrer le Pr. Sudhir K. Jain qui dirige le Centre de l’Entrepreneuriat de l’IIT de New Delhi, et même de m’adresser à ses étudiants. Il m’a fait comprendre que ce qui fait la force de son programme c’est essentiellement les liens qu’il a établis entre l’entreprise et ses élèves, et en dernière analyse sa conception de l’entrepreneur au XXIe siècle, qui doit innover en permanence. Vive Schumpeter !

L'Afrique a encore du chemin à faire pour créer des SSII de niveau mondial
Jacques Bonjawo


Vous avez également pu visiter quelques unes des fameuses SSII (sociétés de services en ingénierie informatique) indiennes qui pour certaines sont déjà de véritables multinationales et dont la réputation dépassent largement les frontières indiennes. Comment évaluez vous leur organisation, leurs méthodes de travail, la qualité de leurs ressources humaines en tant qu'informaticien et manager ?

J’ai effectivement visité quelques SSII et rencontré leurs dirigeants. Je dois dire que j’ai été très impressionné par leur hospitalité et leur disponibilité. La plupart des SSII indiennes sont d’une excellente qualité en matière de prestations de services informatiques. Leur succès réside principalement dans la stricte application d’une méthodologie éprouvée, doublée des standards de qualité bien définis dans le processus de création de solutions. Mais tout cela n’a été possible que grâce à une abondante main d’œuvre très qualifiée. L’Inde possède de loin le plus grand vivier d'ingénieurs informaticiens du monde, phénomène qui du reste est lié, encore une fois, à la qualité de ses universités scientifiques.

Avec le Pr. Sudhir K. Jain qui dirige le Centre de l’Entrepreneuriat de l’IIT de New Delhi,  
Avec le Pr. Sudhir K. Jain qui dirige le Centre de l’Entrepreneuriat de l’IIT de New Delhi,
 

Par ailleurs, les coûts extrêmement compétitifs des prestations fournies par les SSII (de 30% à 50% moins chers qu’aux Etats-Unis ou en Europe) ont largement favorisé l’externalisation et l’offshoring vers ce pays émergeant. Résultat : Des géants mondiaux tels que IBM, Intel, Microsoft, Motorola, Dell et Cisco Systems y ont déjà des centres de R&D et emploient également des services des grosses SSII comme Wipro, Tata ou Infosys. Décidément, le monde est plat, comme le dit si bien Tom Friedman du NY Times...

Malgré quelques réussites individuelles, il n'existe pas en Afrique une véritable culture de l'entrepreneuriat
Jacques Bonjawo


Croyez vous qu'il soit possible de créer en Afrique des SSII opérant sur des standards de qualité de niveau mondial, du même type que celles opérant en Inde ? Et plus généralement, qu'est ce qui de ce que vous avez vu en Inde peut être appliqué sur le continent africain ?

J’aimerais répondre par l’affirmative mais je suis obligé d’admettre que nous avons du chemin à faire, principalement pour deux raisons : D’abord, il faudrait réformer complètement notre système d’éducation et de formation. Il existe une inadéquation entre la formation délivrée par nos institutions et les compétences requises sur le marché de l’emploi. C’est d’ailleurs l’un des motifs principal de notre action à l’UVA, qui tente précisément de remédier à cet état de choses. Vous me diriez peut-être que la réforme coûte cher, mais tout n’est pas simplement question d’argent. Il faudra mettre un accent sur l’innovation, et jouer sur les économies d’échelle, comme le fait justement l’UVA.

Jacques Bonjawo en compagnie de Paul Wolfowitz  
Jacques Bonjawo en compagnie de Paul Wolfowitz
 

Un bon système de formation est incontournable si nous voulons nous développer. C’est fondamental. J’ai d’ailleurs eu l’occasion à mon retour d’Inde d’en discuter avec le Président de la Banque mondiale, M. Paul Wolfowitz, qui incidemment m’a confié une étude sur cette question. Plus encore, le Pr. Fernand Sanou de l’Université d’Ouagadougou a fait un excellent travail d’avant-garde sur cette question, que nous publierons dans le cadre d’un livre collectif en chantier.

La deuxième chose c’est qu’il n’existe pas en Afrique (pas plus qu’en Europe d’ailleurs) une véritable culture de l’entrepreneuriat. On y trouve certes quelques réussites ici et là mais la plupart des Etats n’ont pas vraiment réussi à créer le cadre propice à l’initiative privée, du fait d’un système qui a longtemps encouragé et favorisé le culte du diplôme. Pas plus. Il n’est donc pas étonnant que beaucoup d’africains brillants ou pas, où qu’ils se trouvent, aient une propension à poursuivre de longues études théoriques sans aller sur le terrain. Cette démarche devient préjudiciable si l’on n’a pas l’intention de poursuivre une carrière dans le professorat ou dans la recherche.

Les indiens représentent la deuxième population en terme d'effectifs au siège de Microsoft
Jacques Bonjawo





L'Afrique du XXIème siècle, dernier ouvrage de Jacques Bonjawo  
L'Afrique du XXIème siècle, dernier ouvrage de Jacques Bonjawo
 

L'Inde "exporte" aussi si l'on peut dire ses top managers à tel point qu'un cabinet de conseil de réputation internationale a pu dire que les étudiants Indiens brillants faisaient de bons consultants. Y a t-il un label indien et pourquoi ne dit-on pas la même chose des africains ?

Les africains sont brillants comme toutes les autres communautés et nombre d’entre eux intègrent des établissements classés parmi les meilleurs du monde. En revanche, notre problème, disons-le sans démagogie, est souvent plus dans notre capacité à traduire sur le terrain une théorie. Nous avons un retard dans ce domaine, notamment par rapport aux indiens. Comme je l’ai dit, nous sortons d’une culture qui a longtemps privilégié le parchemin, et lorsqu’il s’agit de fournir des prestations à des clients souvent exigeants, les qualités théoriques ou techniques à elles seules ne sauraient suffire.

Nous avons inutilement prolongé la durée des études, leur caractère théorique. Ce faisant, nous avons perpétué l’inadéquation formation-emploi dont je parlais plus haut, d’où l’inefficacité de notre système. Plutôt que d'allonger le temps des études, il faudrait sortir plus tôt du système éducatif et y revenir plus tard pour se former à nouveau. Aux Etats-Unis par exemple, une université normale n’accepte pas un candidat au MBA s’il n’a pas au préalable une expérience professionnelle.

Lorsque j’étais consultant informatique chez PricewaterhouseCoopers, les professionnels indiens représentaient déjà une part importante des effectifs de la boîte. Avec la mondialisation, cette tendance s’est beaucoup accentuée et généralisée dans toute l’industrie ces dernières années. Sans être un apologiste de la mondialisation, j'ai un point de vue très minoritaire sur cette question que je n’hésite d’ailleurs pas à faire valoir aux dirigeants africains qui sollicitent mon avis: L’Afrique, comme l’Asie, peut mieux se porter dans la mondialisation, si elle parvient à faire du problème sa solution.

Au nom du libéralisme économique, l’occident a crée un « monstre » qu’il n’arrive plus à contrôler; Les Fukuyama et autres ultra-libéraux nous ont annoncé la fin de l’Histoire. Moins de 15 ans plus tard, on constate qu’en réalité l’Histoire ne fait que commencer. La mondialisation avance inexorablement vers un système moins dominé par l’occident, où les pays en développement peuvent largement profiter de leurs faibles coûts de production pour générer la croissance et des emplois dans le cadre des échanges avec le nord.

La montée en puissance des pays émergents comme l’Inde et la Chine pousse déjà l’occident vers la tentation protectionniste. Cela s’est illustré parfaitement lors de l’OPA lancé sur Arcelor par le groupe indien Mittal. C’est inédit.

Malgré son succès, l'UVA est encore fragile et a besoin d'être pérennisée
Jacques Bonjawo


Vous êtes également Président du Conseil d'Amnistration de l'UVA (Université Virtuelle Africaine). Où en est l'UVA ?

En réalité, je suis PCA sortant car je n’ai pas souhaité assumer un second mandat, estimant qu’il était temps de passer la main. Heureusement, Dr. Huguette Labelle, une femme de qualité exceptionnelle, ancienne vice-ministre canadienne et actuellement Présidente de l’ONG Transparency International, a accepté d’assumer l’intérim en attendant que nous puissions trouver un nouveau PCA.


L’UVA a connu un grand succès dans de nombreux pays mais ce succès est encore fragile et doit être pérennisé. Plus que du financement, l’UVA a besoin davantage de soutien institutionnel, y compris auprès des gouvernements africains, afin de réussir sa mission de formation à distance. Comme il est naturel, tout projet qui préconise un changement radical peut faire peur à beaucoup, mais l’Afrique ne pourrait dispenser une formation de qualité à une masse critique d’étudiants avec le système traditionnel, car nous n’avons plus les moyens d’une telle politique. L’éducation à distance qui s’appuie sur les technologies nouvelles reste le moyen le moins coûteux pour atteindre un tel objectif.

Sinon, en plus de ses nombreuses réalisations dont j’ai parlées mainte fois (vous m’en ferez grâce) l’UVA poursuit sa phase de développement et d’expansion, et je me réjouis à cet égard de l’appui récent de la Banque africaine de développement avec un don de 7 million d’euros. Naturellement, je continue de servir l’UVA comme je peux, notamment à travers son conseil d’administration dont je reste membre.

Grâce au travail d'équipe, les indiens mutualisent les savoir-faire et connaissances, et favorisent le transfert de compétences
Jacques Bonjawo


Votre dernier livre "l'Afrique du XXIème siècle" a rencontré un certain succès (5ème sur la liste des 10 meilleures ventes des éditions Karthala NDLR) ce qui est d'autant plus intéressant que vous ne traitez pas des problématiques de développement sous un aspect polémique ou spectaculaire, et que vous proposez des solutions concrètes...

J’ai été agréablement surpris par ce succès tout à fait inattendu. Peut-être le lecteur a-t-il estimé que mon livre était utile, et qu’il avait le mérite de sortir des incantations pour proposer quelques pistes de solutions, voire des solutions concrètes en termes de développement durable, à la problématique de notre développement.


En dehors de vos responsabilités chez Microsoft, vous êtes pca de l'UVA, vous écrivez des livres, tenez des chroniques dans des journaux, vous vous déplacez beaucoup...comment vous organisez vous et où trouvez-vous l'énergie pour mener de front vos diverses activités ?

Il va sans dire qu’être responsable à Microsoft nécessite une très grande disponibilité, y compris les week-ends, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps pour autre chose. Mais le fait est que, mes objectifs paraissent toujours au-delà de mes capacités et j’ai appris à ignorer mes limites. C’est peut-être cela qui me motive en permanence. Sinon, tout est question d’organisation, de volonté et de détermination. J’ai écrit mon dernier livre « L’Afrique du XXIe Siècle » pendant un séjour d’un an en Afrique où je lançais pourtant un gros programme de Microsoft. Si tout cela a été possible, j’imagine c’est parce que j’y ai cru et me trouvais sur le terrain.

Huguette Labelle assure l'intérim à la tête de l'UVA  
Huguette Labelle assure l'intérim à la tête de l'UVA
© ethicsworld.com
 

Quant aux chroniques, cela faisait un certain temps que des journaux me sollicitaient pour une collaboration régulière ou ponctuelle. Bien que flatté par ces propositions, je n’avais pas le temps de m’y mettre avec le sérieux que cela exigerait, me contentant alors de leur envoyer des articles ponctuels sur commande. A mon retour à Seattle, après avoir quelque peu aménagé mon emploi du temps, j’ai accepté l’offre de Jean-Baptiste Giraud, directeur de publication d’Economie Matin , de tenir une chronique régulière dans cet hebdo très innovant qui tirera bientôt à 600.000 exemplaires. Nous avons baptisé ma chronique « mes carnets de voyage », dans la rubrique « les cinq continents », et je couvre la Silicon Valley, sous un angle éco. Cela peut être contraignant, mais avec l’aide de l’email, je n’ai pas de mal à remettre ma copie chaque semaine, même si je me trouve à Nakuru, au fin fonds du Kenya.

La mondialisation avance inexorablement vers un système moins dominé par l'occident
Jacques Bonjawo


Au demeurant, tenir des chroniques n’est pas incompatible avec des occupations importantes. Bien au contraire. Il est des gens avec un agenda plus chargé comme Jack Welch, le légendaire PDG de GE, qui écrit une chronique régulière dans Businessweek; de même, Bill Gates tenait une chronique très prisée dans le NY Times qui s’appelait « Ask Bill », je crois.

Jacques Bonjawo reçu par Laurent Gbagbo lors d'un séjour à Abidjan  
Jacques Bonjawo reçu par Laurent Gbagbo lors d'un séjour à Abidjan
 

Pensez-vous que les aspects les plus positifs du modèle indien soient reproductibles sur le continent africain ?

Pour l’essentiel, les Indiens ont le sens de l’équipe, ce qui permet de mutualiser les savoir-faire et les connaissances, et de favoriser entre eux les transferts de compétences. C’est le travail d’équipe qui engendre les plus grandes inventions, on ne le dira jamais assez. Dans les compagnies où j’ai travaillé, plus encore à Microsoft, j’ai eu la chance d’avoir des collègues et collaborateurs d’une valeur exceptionnelle, « the best and the brightest », comme on dit.

Néanmoins, il ne se passe pas une semaine avant que quelqu’un fasse irruption dans votre bureau et dise : « as-tu 5 minutes, je voulais te faire la démo d’un système génial que je suis entrain de construire ». Ce qu’il recherche, c’est moins les compliments que la critique ou la contradiction afin de creuser davantage son invention. C’est ainsi que Windows 2000, produit phare de Microsoft, doit son succès à la collaboration de plus de 5000 ingénieurs pour sa conception et son développement. C’est à peine imaginable. Peut-être les africains devraient-ils s’inspirer de ces pratiques. L’avenir de l’Afrique dépend principalement d’elle-même, de ses capacités à se structurer démocratiquement et à valoriser sa population qui a l’avantage d’être en majorité jeune.


Je voudrais terminer sur un fait, suivi d’une note d’espérance. Dans plusieurs pays africains, l'utilisation du téléphone mobile est déjà banalisée, alors que des gens étaient sceptiques lorsque je prédisais cette évolution dans mon premier livre « Internet, une chance pour l'Afrique ». Cette explosion du portable laisse un gigantesque champ libre aux esprits créatifs pour inventer des applications et des services divers. J’ai la certitude que nos jeunes sont à la hauteur de ce défi et j’en profite pour partager avec eux, encore une fois, ma confiance en l'avenir de notre continent et donc en leur avenir.

Un biographie complète de Jacques Bonjawo peut être consultée sur son site www.jacquesbonjawo.com

       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  L'Inde, puissance économique émergente, peut-elle servir de modèle à l'Afrique ?
  Business : les hommes d'affaires indiens font peur!
  Interview avec Jacques Bonjawo, président de l'Université Virtuelle Africaine
  Jacques Bonjawo, MSN Program Manager chez Microsoft
 
Mots-clés
afrique   diaspora africaine   jacques bonjawo   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
  ____La ville de Nkayi sera entièrement électrifiée Jeudi 3 Mai 2012 - 12:41 VILLAGE NATALE in PSYCHISME NEEGRIIER
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Guinée      Haïti      Jeux Olympiques      Mali      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Togo      Volley Ball     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version