Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 20 Mai 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesOpinionsArticle
Victoire d’Ali Bongo ou comment le Gabon échappe à une guerre...
04/09/2009
 

L'élection gabonaise confirme une nouvelle tradition naissante en Afrique francophone sous le regard bienveillant de Paris : le pouvoir héréditaire
 
Par Jean Jacques Dikongue
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Ali Bongo  
Ali Bongo
© getty
 

Après les Kabila, les Eyadéma, c’est au tour des Bongo de graver leur nom dans le mur encore en construction dédié à l’usurpation et la fraude du pouvoir par les fils à papa et ainsi grossir les rangs d’une tradition entrain de naître mais ô combien florissante en Afrique francophone : le pouvoir héréditaire.

Comme bien avant la famille Eyadéma, les Bongo perpétuent leur présence au pouvoir par l’usurpation et la confiscation de celui-ci depuis bientôt un demi siècle, et cela n’est pas prêt de s’arrêter en si bon chemin avec la succession sans surprise aucune au pouvoir du fils de l’ancien agent des services secrets français mort il y a bientôt 3 mois à Barcelone, feu Omar Bongo. Si le Togo n’a pas le même enjeu stratégique, le Congo et le Gabon offrent une assez bonne plateforme pour aiguiser tous les appétits et prédations possibles qui justifient les bases militaires assiégeant ces pays sous le prétexte de la protection des ressortissants et autres fallacieux arguments.

Après les Kabila, les Eyadéma, c’est au tour des Bongo de graver leur nom dans le mur encore en construction dédié à l’usurpation et la fraude du pouvoir par les fils à papa et ainsi grossir les rangs d’une tradition entrain de naître mais ô combien florissante en Afrique francophone : le pouvoir héréditaire
Jean Jacques Dikongue


Le 16 juin dernier, après les cérémonies oecuméniques de l’ancien président, agent secret français et père d’Ali Bongo, le monde apprenait que "La France n'a aucun candidat. (...) Elle ne soutient personne. La France n'a pas de candidat". Une réponse aux accusations de mainmise et d’état de siège que la France impose à de nombreux pays africains francophone et en particulier le Gabon. Propos qui sonnaient une fois de plus comme un aveu d’ingérence de cette France qui n’a pas encore tourné le dos à ses tendances impérialistes voire esclavagistes, considérant l’Afrique francophone comme sa propriété, sa chose.

 Publicité 
 
Ali Bongo et le président camerounais Paul Biya  
Ali Bongo et le président camerounais Paul Biya
© prc.cm
 

Ce diktat français en Afrique n’est ainsi grand que parce que les africains eux-mêmes, dans leur majorité, sont encore incapables d’identifier la vraie et principale cause de leur maladie en refusant d’admettre la nocivité de la nation empire française. Là où ils devraient cultiver la méfiance, la suspicion comme le font les asiatiques à l’égard des nations occidentales pour préserver leurs intérêts, les africains sont réduits à une mendicité sentimentale ;

ils quémandent l’amour des occidentaux pendant que ces derniers pensent aux intérêts qu’ils peuvent tirer dans cette relation de dupes en foulant bien aux pieds les considérations humaines et autres notions d’égalité, de fraternité et surtout de liberté. La logique d’intérêt ne se pare pas des choses encombrantes telles que celles précitées. Quiconque avait parié sur la défaite d’Ali Bongo faisait montre de cette immaturité et de ce refus de voir la cause du principal mal qui ronge l’Afrique francophone, attitude qui caractérise la majorité des africains encore convaincue des bons sentiments et de la prose de certains états occidentaux à l’endroit du continent.

Ce diktat français en Afrique n’est ainsi grand que parce que les africains eux-mêmes, dans leur majorité, sont encore incapables d’identifier la vraie et principale cause de leur maladie en refusant d’admettre la nocivité de la nation empire française
Jean Jacques Dikongue


Un pays dirigé pendant 42 ans par un agent secret français, fût-il ancien, dont l’essentiel du pouvoir a été d’assurer les intérêts de son employeur ainsi l’attestaient les paroles d’ Eva Joly je cite : « Bongo a servi la France, pas ses citoyens » et l’ancienne juge d’aller plus loin « la manne pétrolière n’a pas profité au Gabon …Elle nous a profité. La France a une grande dette envers le Gabon pour avoir maintenu au pouvoir pendant toutes ces années M. Bongo". Qui mieux que le fils pour continuer l’assiègement et le pillage des ressources pour pérenniser la tradition empirique française voulue par le général De Gaulle ?

 
© reuters  

L’élection de Ali Bongo fait si besoin était, la démonstration que la France reste quoi qu’on en dise ou qu’on en pense, l’agence nationale africaine pour l’emploi des dirigeants africains francophones. Mais est-ce bien la faute à la France ? Non ! Elle n’a jamais caché ses intentions impérialistes ou son attachement aux matières premières africaines par tous les moyens, oui !

Par tous les moyens, tout comme elle n’a jamais fait un secret sur ses préférences, privilégiant ses intérêts et ignorant les sentiments et autres considérations philosophiques sur l’humanité. Les rapports étatiques ne se font pas sur les sentiments et cela les africains ne le comprennent pas. Par contre les Africains n’ont jamais, ou se refusent à rentrer dans un rapport froid, dénué de sentimentalisme malgré les leçons et le poids de l’histoire et même du présent quant à sa relation avec l’occident et avec la France en particulier ; ils la considèrent comme une amie, allant même à parler de destins communs tout en quémandant son amour.

L’élection de Ali Bongo fait si besoin était, la démonstration que la France reste quoi qu’on en dise ou qu’on en pense, l’agence nationale africaine pour l’emploi des dirigeants africains francophones
Jean Jacques Dikongue


Drôle d’amitié non ? Là où la plus grande des prudences est de mise, les africains proposent une destructive naïveté qui va jusqu’à la négation de la cause de ses souffrances en prenant les conséquences pour les causes. L’ethnicisation ou la tribalisation exacerbée du pouvoir en Afrique, pour ne citer que lui, n’est-elle pas la conséquence de la politique de prédation mise en place par les puissances prédatrices pour ainsi divertir les africains par des guerres et ainsi s’accaparer de leurs richesses ?

Nicolas Sarkozy avec Rose Rogombe et Ali Bongo lors des obsèques d'Omar Bongo  
Nicolas Sarkozy avec Rose Rogombe et Ali Bongo lors des obsèques d'Omar Bongo
© getty
 

Les Africains ne boivent-ils pas comme du petit lait les contrevérités assenées ci et là par des « experts » venus d’ailleurs et qui croient leur expliquer mieux que quiconque qui ils sont ? Tout le contraire des asiatiques qui ont compris comment lire la partition de l’histoire et le présent pour ainsi mieux rentrer dans ce concert d’intérêts que sont les relations entre le nombrilisme occidental et le reste de l’humanité.

Si Ali Bongo n’avait pas été désigné vainqueur des élections gabonaises on aurait eu droit à la théorie du chaos. Celle qui consiste à présenter ceux des dirigeants francophones qui restent des dizaines d’années au pouvoir comme les garants de la paix. Ainsi, si le fils de son père n’avait pas été vainqueur des urnes, une bonne petite guerre allait divertir les gabonais pour rappeler à tous ceux qui ont encore des doutes que, longévité au pouvoir en Afrique est synonyme de sagesse.

Ceci aurait été une occasion de plus pour tous ceux qui à Paris faisaient l’éloge de cet ancien de la sdece de venir rabâcher les louanges auxquelles l’Afrique a été soumise à l’annonce du décès de papa Bongo. Décidément la paix sociale rime vraiment avec pauvreté tant que les africains se refuseront à identifier la cause du mal qui les mine. Le Franc CFA est là pour le rappeler, mais personne n’y fait gaffe.




       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Nicolas Sarkozy félicite Ali Bongo, l'opposition demande que les voix soient recomptées
 
Mots-clés
ali bongo   france   gabon   présidentielles gabonaises   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 19 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  Mariage d argent
  
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nicolas Sarkozy      Nigeria      Présidentielles Ivoiriennes      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version