Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Dimanche 18 Août 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesSuccess StoriesArticle
Barack Obama: du Sénat à la Maison Blanche
05/11/2008
 

Au moment où Barack Obama devient le 44è président des Etats-Unis, retour sur son ascension, depuis son accession au Sénat, jusqu'à sa victoire dans la course à la Maison Blanche
 
Par Rachel Kesseng
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Pages:   1      2      3      4      5      6      7   
Les primaires américaines ou le grand baptême du feu d'Obama
Barack Obama et Hilary Clinton durant la bataille des primaires  
Barack Obama et Hilary Clinton durant la bataille des primaires
© abcnews
 

Barack Obama se présente comme le symbole d'une nouvelle page qui se tourne en Amérique. D'ailleurs le thème de sa campagne est suffisamment évocateur de cette réalité: le changement "Change". Si au début de sa campagne pour les primaires ses fans se recrutent surtout au sein de la population jeune, tout au long de celle-ci il obtient le soutien de nombreuses personnalités à l'instar de John Kerry, des hommes d'affaires, comme Warren Buffett et George Soros, et même la crème du cinéma Hollywoodien, dont George Clooney, Will Smith, Ben Affleck, Robert De Niro, Halle Berry, Sophia Bush et l'animatrice de télévision Oprah Winfrey, entre autres stars, apportent leur soutien à Obama.
Oprah Winfrey en particulier s'engagera particulièrement auprès de Barack et son implication inédite a certainement aidé la campagne de Barack Obama à bien démarrer d'un point de vue médiatique.

La bataille s'annonce d'entrée de jeu très rude. Début janvier 2008, le sénateur Obama rafle les suffrages aux primaires dans l'Iowa (les caucus), devançant le sénateur John Edwards, mais aussi Hillary Clinton. La campagne d'Obama commence à primer sur les primaires, tant démocrates que républicaines. Cependant en dépit des sondages l'annonçant grand favori avec 10 points d'avance, il perd le 8 janvier, dans le New Hampshire contre Hillary Clinton. Bien qu'affaibli par cette défaite inattendue, Obama réussit à rebondir avec son nouveau slogan: "Oui, nous pouvons", en anglais "Yes we can".

A la faveur d'une mésentente entre le sénateur de l'Illinois, et sa rivale Hillary Clinton au sujet des droits civiques et les rôles respectifs de Martin Luther King et du président Lyndon Baines Johnson, Barack Obama se retrouve à la traîne des voix face à sa concurrence lors du caucus du Nevada du 19 janvier. Il maintient néanmoins son avance en nombre de délégués, avec 13 délégués contre 12 pour Hillary Clinton, et ne lâche pas du lest. Il pointe ouvertement un doigt accusateur sur le couple Bill et Hillary Clinton, dont il dénonce les irrégularités dans le vote et des basses manœuvres visant à salir son image au sein de l'opinion. A la grande satisfaction des démocrates, Obama obtient un nouveau soutien et pas des moindres. Celui de la très célèbre famille Kennedy.

Progressivement Obama enchaîne des victoires plus au moins significatives. Le 27 janvier il remporte la Caroline du Sud et se relance ainsi dans la course, avec en ligne de mire le Super Tuesday du 5 février. A l'issue de ce événement d'importance de la campagne, Barack Obama remporte 13 États, contre 9 pour Hillary Clinton. Puis tour à tour les États de Washington, du Nebraska et de Louisiane ainsi que les îles Vierges. Le Maine, la Virginie, le Maryland et la capitale fédérale Washington, où il prend l'avantage dans la course aux délégués nécessaires pour décrocher l'investiture démocrate. Sur les 2025 délégués, il en aura 1231 et se positionne désormais devant l'ex-première dame, qui récolte 1196 délégués. Dorénavant, la confiance d'une bonne frange de l'électorat afro-américain, ainsi que celles des personnes âgées lui est largement accordée, pour un total de 53 % contre 47 % à Hillary Clinton, sans oublier celle des femmes, 58 %, notamment. Il convient de préciser qu'à ce stade de la compétition, l'électorat blanc est favorable à Hillary Clinton avec 48 % contre 51 %. Le 19 février, Obama remporte les primaires dans le Wisconsin et à Hawaï, signant là dix victoires consécutives sur Hillary Clinton. Deux jours plus tard, il arrache avec plus de 65 % des voix, la primaire des démocrates expatriés. Le 4 mars, il remporte le Vermont mais perd dans l'Ohio et le Rhode Island. Au Texas, il obtient plus de représentants à la convention que Hillary Clinton (99 contre 94), et maintient son avance en nombre de délégués soit plus d'une centaine.

Barack Obama remportera également le Wyoming, le Mississippi, mais un grain de sel vient rendre la campagne momentanément indigeste. Son attitude mi-figue, mi-raisin face aux écarts de langage de son ancien pasteur, Jeremiah Wright, n'est pas au goût de tout le monde. Il perd donc en avril contre Hillary Clinton qui remporte la Pennsylvanie. Par la suite, Obama remporte avec seulement 7 voix d'écart les caucus de Guam, île du Pacifique, avec 50,08 % des voix contre 49,92 % pour sa rivale. Le mois suivant, il remporte la Caroline du Nord, mais ne s'impose ni dans l'Indiana, ni en Virginie-Occidentale. Peu après il quittera l'Église unie du Christ, suite aux polémiques suscitées par le discours du pasteur Wright et du révérend Michael Pfleger, après 20 années passées au sein de cette communauté.

Avec le soutien de poids de John Edwards, au lendemain des primaires de Virginie-Occidentale, Obama peut redorer son blason auprès des ouvriers blancs, "les cols bleus". La chasse aux délégués se poursuit. Le 20 mai, Obama et Clinton gagnent respectivement l'Oregon et le Kentucky. C'est à l'issue des dernières primaires, notamment dans Montana et Dakota du Sud que le sénateur de l'Illinois atteint le cap nécessaire des 2118 délégués, et le soutien de nombreux super-délégués. Sa rivale Hillary Clinton revendique la majorité du vote populaire et refuse de déclarer forfait. Mais rien ne peut plus inquiéter Barack Obama qui est presque assuré de sa désignation comme candidat officiel des démocrates lors de la convention du parti prévue fin d'août.

Pages:   1      2      3      4      5      6      7   
 Publicité 
 
       
Mots-clés
diaspora africaine   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 5 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Francophonie      Gabon      Ghana      Haïti      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Rwanda      Senegal      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version