Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Lundi 14 Octobre 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesAfriqueArticle
Zimbabwe : l'Union Africaine à l'épreuve
30/06/2008
 

Après avoir failli au Togo et au Kenya, l'Union Africaine va t-elle enfin agir ? Rien n'est moins sûr
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Robert Mugabe  
Robert Mugabe
© daylife.com
 

La mascarade électorale est allée à son terme et sans surprise, Robert Mugabé a été déclaré dimanche vainqueur au deuxième tour de l’élection présidentielle. Seul candidat en lice après le retrait forcé de Morgan Tsvangirai qui l’avait largement devancé au premier tour avec 47,9% contre 43, 2% pour Mugabé, l’autocrate de 84 ans a recueilli 90,2% des suffrages exprimés selon les résultats publiés par la Commission électorale.

Et au cours d’une cérémonie précipitamment organisée qui rappelle étrangement l’investiture de l’usurpateur Mwai Kibaki au Kenya en décembre dernier, il a prêté serment pour un mandat de cinq ans, jurant sans rire, de « servir ce pays au poste de président avec soin et sincérité. Que Dieu me prête assistance ».

Voici donc Mugabé parti pour un nouveau mandat, mais cette fois, drapé beaucoup plus de la légitimité divine que celle de son peuple, lui croit « seul Dieu peut lui retirer le pouvoir ». Comme l’a souligné le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, « le résultat de l’élection au Zimbabwé n’a pas reflété la volonté du peuple zimbabwéen, ni produit un résultat légitime ». Plus tôt, les observateurs de la Southern African Development Community (SADC) avaient déjà estimé que la volonté du peuple n’avait pas été respectée au second tour. Mais sourd aux critiques, Robert Mugabé a pris son avion pour se rendre à Charm El Cheikh, en Egypte où s’ouvre aujourd’hui le sommet de l’Union africaine (UA) consacré à l’eau à l’assainissement.

 Publicité 
 
Mugabe présent au sommet de Charm El Cheikh qui s'est ouvert ce lundi  
Mugabe présent au sommet de Charm El Cheikh qui s'est ouvert ce lundi
© reuters
 

Le cas Mugabé place l’institution africaine devant ses responsabilités. Elle a l’occasion de prouver aux rares personnes qui lui accordent encore leur confiance qu’elles n’ont pas tort. Après avoir failli au Togo en avril 2005 et au Kenya en décembre dernier, l’UA va t-elle se démarquer nettement de cette farce électorale ?

Sans ambiguïté, les observateurs du parlement panafricain ont jugé que le scrutin n’a été ni libre ni équitable. « L’atmosphère qui règne actuellement dans le pays n’a pas été favorable à la tenue d’élections démocratiques libres et équitables », a affirmé Marwick Khumalo, le chef de mission des observateurs. Sauf à désavouer ses propres observateurs, l’UA n’a d’autre choix que de déclarer l’illégitimité du pouvoir de Mugabé. Aura t-elle le courage de le faire ? Rien n’est moins sûr. Malheureusement le ridicule ne tue pas, et sans être chaleureusement accueilli en Egypte, le gâteux gérontocrate zimbabwéen à la moustache hitlérienne sera admis aux côtés de ses pairs durant les travaux, ce qui revient à le légitimer. Le héros de l’indépendance qui a depuis lors épuisé son contenu historique aura ainsi obtenu à l’UA ce que ses concitoyens lui ont clairement refusé.


Une fois de plus, le cas Mugabé révèle tragiquement la vacuité l’UA et l’incapacité des dirigeants du continent à respecter leurs propres engagements. Comme hier au Kenya, on s’achemine vers la formation d’un gouvernement d’union nationale, un bricolage qui sape l’enracinement de la démocratie sur le continent africain. Le cas Mugabé invite également à repenser les fondements même de l’Union africaine. Son fonctionnement actuel repose sur un continentalisme, un droit naturel qui octroie d’office le statut de membre à tous les pays du continent alors que le panafricanisme est un projet politique reposant sur des valeurs librement consenties.

Le simple fait d’être un pays africain ne saurait suffire pour être membre à part entière de l’UA. Qu’y a t-il de commun entre le démocrate ghanéen John Kuffuor et le dictateur Mugabé ? L’adhésion à l’UA qui, faut-il le rappeler a été bâtie sur le modèle européen, doit reposer sur la primauté du droit, la liberté d’expression et le respect de la volonté populaire.

Assez des dénis de démocratie avec ces arrangements post-électoraux qui permettent aux candidats vaincus de toujours demeurer au pouvoir.


Joachim Vokouma
Lefaso.net







       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Jean Ping, la voix de son maître ?
  Zimbabwe : "l'Occident peut aller se faire pendre" selon un proche de Mugabe
  Zimbabwe : Robert Mugabe intronisé président ce dimanche
 
Mots-clés
afrique   robert mugabe   togo   union africaine   zimbabwe   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 35 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  questions alimentation
  Mariage d argent
  
  meetic
  Je cherche une bel homme noir
  saison 2014 - 2015 cours de danse africaine a Rouen
  ____La rébellion congolaise du M 23 autrefois connue sous le nom de Congrès national pour la défense du peuple (CNDP),souhaite se reconvertir en formation politique
  ____Plus de 91 chefs d'Etat et de gouvernement seront présents en Afrique du Sud. Parmi les absents de marque, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou (Le fait qu'Israël ait soutenu longuement le régime pro-apartheid )(1918-2013)
  Jean-Pierre Thystère-Tchicaya naît le 7 janvier 1936 à Pointe-Noire, de parents vili.
  ___Inauguration des voiries urbaines de la ville de Nkayi--Betou mé yamb’ ngue na Congo ! (munukutuba)
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Barack Obama      Belgique      Benin      Bons Plans      Burkina Faso      Cameroun      Célébrités      Centrafrique      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Esclavage      Gabon      Ghana      Guinee Equatoriale      Mali      Nigeria      Rdc      Robert Mugabe      Samuel Eto'o      Senegal      Tchad      Togo      Zimbabwe     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version