La CAN 2010 sur Grioo.com vous est offerte par
Grioo.com   Grioo Pour Elle   CAN 2010     Village   TV Forums   Blogs  

   Lundi 17 Juin 2019 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil Grioo.com  Accueil CAN 2010  Qui sommes-nous ?     
             








Sans Opinion

 

COUPE D'AFRIQUE DES NATIONS
ANGOLA 2010
 
CAN 2010AccueilLes infos
 
Football africain : On n’est vraiment jamais leader par hasard !
11/02/2008
 

Retour sur la victoire des pharaons d'Egypte, meilleure équipe de cette CAN 2008
 
Par Lefaso.net
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 
L'Egypte version 2008
© espn.go.com
 

La rencontre des perdants entre Ghana et Côte d'Ivoire (4-2) aurait en fait pu être la finale sous forme de derby ouest-africain n’eût été la naïveté des Black Stars contre les Lions camerounais plus indomptables que jamais et l’excès de confiance des Eléphants qui s’y voyaient déjà. N’avaient-ils pas déjà sablé le champagne et imprimé des tee-shirts à l’effigie des "nouveaux champions !"

Or donc, la cuirasse avait un défaut et cette Côte d’Ivoire, présentée dès le début de l’épreuve comme l’un des super favoris et qui jouait, il est vrai, avec beaucoup de panache et d’efficacité, aura montré ses limites notamment celles de ses trois gardiens et de ses défenseurs. Sinon, comment comprendre que la maison orange se soit écroulée subitement en encaissant 8 buts lors de ses deux dernières sorties ? Il eût sans doute été bon que le pays hôte jouât la finale contre son voisin ivoirien. Il eût sans doute été bon, nonobstant les ressentiments qu’on peut avoir pour diverses raisons envers la bande à Drogba, que la Côte d’Ivoire se hissât sur la plus haute marche du podium. Quelle cerise formidable ça aurait été sur le gâteau de la paix si les poulains de Gérard Gili étaient repartis à Abidjan avec le trophée continental !

Mais tout compte fait, c’est une belle leçon de modestie pour ces jeunes gens qui doivent désormais savoir qu’un match n’est jamais gagné d’avance et que l’humilité est la marque des grands. Les Egyptiens par contre auront été à la hauteur de leur réputation. Déjà détenteurs du trophée arraché chez eux en 2006, pour la 5e fois, ils venaient au Ghana avec la ferme intention de conserver leur couronne. Et ils annoncèrent la couleur dès leur première sortie en mitraillant... le Cameroun (4-2).

Il faut reconnaître que des 16 équipes de cette CAN 2008, les Pharaons étaient sans conteste au-dessus du lot. Solides derrière, efficaces devant, avec un milieu qui a joué à merveille son rôle de courroie de transmission, les enfants du Nil formaient sans doute le meilleur collectif avec à l’intérieur de solides individualités à l’image de Zidan ou de Hosny. Une fois de plus, l’école égyptienne aura fait étalage de toute sa classe et on a beau chercher des déchets dans son jeu, on n’en voit pas.

A l’opposé, le Cameroun, tout au long du tournoi, aura proposé un football un peu brouillon, mais servi par une condition physique irréprochable (comme à l’accoutumée). En montant donc en puissance au fil des rencontres, les Lions Indomptables dont il faut se garder de vendre la peau avant de les avoir terrassés, seront donc finalement parvenus là où pas grand monde ne les attendait surtout après la raclée égyptienne.

Mais on le sait, à ce stade, c’est souvent le plus déterminé, celui qui en veut le plus qui parvient à ses fins et vu sous cet angle, il faut reconnaître que ces Camerounais ont souvent eu un cœur de lion même s’ils ont montré lors de cette finale qu’ils ne méritaient pas de gagner, faisant étalage d’incroyables lacunes, manquant de rigueur et de précision, parfois incapables d’aligner trois ou quatre passes de suite. Un jeu donc approximatif marqué notamment par "l’exploit individuel" du vieux lion et capitaine, Rigobert Song, seul responsable de l’unique but qui a scellé le sort de cet ultime match. Pour lui, c’est sans doute l’heure de la retraite internationale qui a sonné.

Somme toute, cette finale aura été la rencontre au sommet,au demeurant fort logique, de la constante détermination et du génie, puisqu’en 26 éditions, les deux finalistes d’hier totalisent à eux seuls dix trophées, dont six désormais pour les Pharaons qui auront récité à la perfection leurs gammes. Un spot publicitaire de chez nous le dit si bien : "On n’est jamais leader par hasard". Les protégés d’Hassan Shehata l’auront une fois de plus démontré.

www.lefaso.net

Adama Ouédraogo Damiss
L’Observateur







 
 Donnez votre opinion ou lisez les 1 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance
 
 
 
Top
 
 
 
 
 


 Accueil CAN 2010
 Les infos
 Les équipes
 Le programme
 Le classement
 Le palmarès
 Forum CAN 2010


"Hanté" par le mitraillage à la CAN, Adebayor ne jouera plus avec le Togo.
Togo : 10 000 personnes manifestent contre la CAF à Lomé
Nigeria : Shaibu Amodu rétrogradé comme coach de l'équipe B
Attaque contre le Togo avant la CAN : deux plaintes déposées à Paris
CAN 2010 : une édition décevante
CAN 2010: 69 buts inscrits en Angola contre 99 au Ghana
CAN 2010: Déception et espoir après la défaite du Ghana
CAN 2010 : l'Egypte réussit la passe de trois
CAN 2010 : le Nigeria finit 3e
CAN 2010: L'Egyptien Gedo en tête du classement des buteurs avant la finale
Suspension du Togo : "c'est monstrueux" selon Emmanuel Adebayor
Finale CAN 2010: Le Ghana franchira t-il la montagne Egypte ?
CAN : Issa Hayatou globalement satisfait de l'organisation
Finale CAN 2010: Le Ghana et la Gyan-dépendance
CAN 2010 : Impressionnante, l'Egypte accroche sa 3e finale consécutive
CAN 2010 : le Ghana en finale aux dépens du Nigéria
CAN 2010 : Algérie Egypte : le match de la peur ?
Demi-finale de la CAN : le Nigeria promet des changements contre le Ghana
CAN 2010 : 63 buts inscrits depuis le début de la compétition
Le match Cameroun-Egypte en photos


 
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version