Retrouvez Grioo.com sur votre mobile: http://m.grioo.com
Grioo.com   Grioo Pour Elle       Village   TV   Musique Forums   Agenda   Blogs  
   Mardi 2 Mars 2021 RECHERCHER : Sur Grioo.com  Sur Google 
 Accueil  Rubriques  Archives  Forum     Qui sommes-nous ?     

  News
News pays
Afrique
Caraïbes
Monde
Société
Sports
Santé
Insolite
Bloc Notes
  Economie
Management
  Culture
Histoire
Médias & Société
Musique
  Hommes illustres
Success stories
Interviews
Parcours
Initiatives
  Célébrités
Quizzs
Galeries Photos
Bons Plans
Musique
  Opinions
Conseils B2B
Forum


Pour recevoir notre lettre d'information, veuillez saisir votre email



AccueilRubriquesHistoireArticle
Il y a 50 ans, l’Afrique négociait son indépendance
16/05/2010
 

En 1960, l’Afrique se libère et dix-sept pays prennent leur indépendance. Retour sur un processus qui ne va pas de soi et interroge encore, à l’heure où l’on fête le cinquantenaire des indépendances africaines.
 
Par Hugo Breant
Imprimer
Envoyer à un ami
Réagir
 Publicité 
 
Pages:   1      2      3      4      5      6      7   
Le projet de communauté franco-africaine
Leopold Sedar Senghor  
Leopold Sedar Senghor
 

En 1947, le ministère des Colonies change de nom et devient le ministère de la France d’Outre-mer. Si ce changement parait symbolique, voire anecdotique, il annonce les changements à venir de la politique française en Afrique. Pendant les années 1950, c’est l’idée d’une vaste communauté formée par la métropole et ses colonies autonomes qui commencer à émerger : le projet d’Eurafrique. Ainsi, Pierre Moussa, qui fut directeur des affaires économiques et du plan au Ministère de l’Outre-mer de 1954 à 1959, publie en 1957 un rapport intitulé Les chances économiques de la communauté franco-africaine. L’idée est de préserver une domination plus souple sur l’Empire colonial, de rendre possible une plus grande autonomisation des peuples colonisés, et surtout de conserver un vaste bloc économique visant à assurer à la France une sortie de l’orbite américaine ou soviétique.

En juin 1956, la France adopte la loi-cadre Defferre, du nom du ministre de l’Outre-mer et maire de Marseille Gaston Defferre. La loi accorde une plus grande autonomie aux territoires de l’Union française tout en préservant plusieurs domaines réservés de la métropole, et pas des moindres : la monnaie, les finances, l’enseignement et la défense. Préparée avec l’appui du maire d’Abidjan Houphouët-Boigny, cette loi est vivement critiquée par Léopold Sédar Senghor et Sekou Touré car elle favoriserait trop les intérêts ivoiriens. La même année, la France accorde en mars l’indépendance à ses deux protectorats marocain et tunisien.

 
Sékou Toure
 


La métropole essaye donc de limiter les pressions grandissantes des indépendantistes en favorisant une décentralisation politique, une déconcentration administrative et une africanisation du pouvoir colonial tout en maintenant ses intérêts économiques en Afrique. Et les intérêts sont nombreux. C’est ainsi que l’historien burkinabé Joseph Ki-Zerbo écrivait en 2003 dans son essai A quand l’Afrique ? : « Quand avec Kwame Nkrumah, Amilcar Cabral et les autres, nous nous battions pour l’indépendance africaine, on nous répliquait : "Vous ne pouvez même pas produire une aiguille, comment voulez-vous être indépendants ?" Mais justement pourquoi nos pays ne pouvaient-ils pas produire une aiguille ? Parce que, pendant cent ans de colonisation, on nous avait affecté à ce rôle précis : ne pas produire même une aiguille, mais des matières premières, c’est-à-dire dépouiller tout un continent ».

C’est avec les projets de Constitution autour de la Vème République que les choses se précisent, en 1958. L’idée est de proposer trois statuts différents : celui de département d’outre-mer, de territoire d’outre-mer ou d’Etat associé dans une Communauté franco-africaine. Charles de Gaulle propose que soit organisé en septembre un vaste référendum en Afrique. En août, il part donc en tournée pour soutenir le « oui » au référendum et donc son projet de communauté franco-africaine. L’idée est simple, si les colonies votent pour le oui, elles auront le même président que la métropole mais pourront se doter de gouvernements autonomes, si elles votent contre, elles seront indépendantes. L’accueil réservé au général de Gaulle, est pour le moins mitigé. Ainsi, le ministre de l’Intérieur sénégalais Valdiodio Ndiaye, membre du Gouvernement dirigé par Mamadou Dia, également député au Palais-Bourbon, refuse de choisir entre fédération ou sécession. Il lance ainsi cette phrase devenue slogan : « nous disons indépendance, unité africaine et confédération ». Quant au député de Madagascar, Philibert Tsiranana, il explique à des journalistes que « dans un an ou dans un siècle, Madagascar sortira de la Communauté. Sans doute très prochainement. » Mais c’est surtout le Guinéen Sekou Touré qui se montre le plus déterminé à lutter contre ce projet. Ainsi il déclare : « Il n’y a pas de dignité sans liberté : nous préférons la liberté dans la pauvreté à la richesse dans l’esclavage ». Le journal du Parti Démocratique de Guinée, La Liberté, part lui aussi en campagne pour le « non ». Le 24 août, à Brazzaville, le général de Gaulle l’affirme, la communauté franco-africaine n’est qu’une transition vers une indépendance future possible.

 
Charles de Gaulle
 


A son retour en France, de Gaulle ne décolère pas : « la Communauté c’est de la foutaise ! Ces gens-là, à peine entrés, n’auront qu’une idée, celle d’en sortir ! ». Pourtant, le 28 septembre 1958, les colonies votent en faveur du « oui » et la Communauté franco-africaine nait. Léon M’Ba, député-maire de Libreville, va même jusqu’à demander la départementalisation du Gabon. Seule la Guinée refuse massivement ce référendum. En votant « non » à 95%, la Guinée devient donc indépendante. Les administrateurs coloniaux doivent s’en aller. Offensés par l’affront guinéen, ils prennent tout de même la peine de partir avec les archives, les prises électriques et les ampoules.

Les nouvelles Républiques autonomes de la Communauté franco-africaine n’ont donc plus d’élus à l’Assemblée nationale française. Toutefois, Houphouët-Boigny, grand soutien de ce projet, reste ministre du Gouvernement Debré.

Pages:   1      2      3      4      5      6      7   
 Publicité 
 
       
Sur le même sujet sur Grioo.com
  Documentaire : ''l'Afrique vue par Ryszard Kapuscinski''
  Bori Bana (1) : discours sur cinquante années d'errements de l'Afrique noire
  Octobre 1958 : Sékou Touré et la Guinée disent non à la France
  6 mars 1957 : la Gold Coast devient le Ghana
 
Mots-clés
afrique   cinquantenaire des indépendances   colonisation   décolonisation   histoire   
 
 Donnez votre opinion ou lisez les 6 réaction(s) déjà écrites
 Version imprimable de l'article
 Envoyer l'article par mail à une connaissance


Partager sur: Partager sur Facebook Facebook   Partager sur Google Google   Partager sur Yahoo Yahoo   Partager sur Digg Digg   Partager sur Delicious Delicious  
 
 
Les dernières photos publiées sur Grioo Village
 
Les derniers articles Grioo Pour Elle

 Grioo Pour Elle, le site des femmes noires et métissées
 
Les derniers billets sur nos blogs
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 1
  bien dans sa peau
  astuces pour vivre plus heureux - Partie 2
  Saine alimentation
  Bang gia cac loai vai bat moi nhat của Hoa Phat Dat
  Billets - Comment perdre du ventre - DotClear 1.2-rc
  
  Conseils alimentaires
  Maintenir un poids sante
  Avantages des aliments antioxydants et des superaliments
 
 
 
 
Top
 
 
 
 
 Gala 2016 : le club efficience annonce la création d'un fonds de la diaspora
 Les cosmétiques Soleza désormais disponibles au Cameroun
 Can 2017 : le tirage au sort a eu lieu
 Terroriste où es-tu ? : Partout et nulle part !
 Nigeria : Stephen Keshi s'en est allé
 Mohammed Ali, ''the greatest'' s'en est allé
 Décès de Papa Wemba : les hommages se multiplient
 Orange rachète l'opérateur libérien Cellcom
 Congo : Denis Sassou Nguesso réélu au premier tour
 Niger: le président Mahamadou Issoufou réélu avec 92,49% % des voix
 
Afrique      Afrique Du Sud      Barack Obama      Benin      Bons Plans      Burkina-faso      Cameroun      Caraïbes      Célébrités      Congo Brazzaville      Cote D'ivoire      Diaspora Africaine      Diversité      France      Gabon      Ghana      Haïti      Livre      Mali      Nigeria      Racisme      Rdc      Senegal      Tchad      Togo     
 
 



   
 
Le site des femmes noires et métissées | Grioo Village | English version